Télétravail, mobilité… de quoi parle-t-on ?

 

Dans cet extrait de notre livre blanc « Coworking, les nouveaux bureaux de l’entreprise », nous faisons le point sur toutes les notions qui entourent la pratique du travail à distance. Télétravail, mobilité, coworking… font aujourd’hui office de buzzwords. En s’appuyant sur l’étude Eurofound (Union Européenne 2017), nous revenons sur ces sujets en pleine mutation.

 

A propos de télétravail, mobilité, coworking…

 

coworking Chateau d'eau

Qui sont les télétravailleurs ?

La mobilité, facilitée par les outils et le digital, peut prendre plusieurs formes et on peut, parmi les télétravailleurs, distinguer plusieurs populations distinctes dont les besoins (et c’est l’un des grands enjeux) peuvent être opposés. Voici donc en substance le découpage que fait l’étude d’Eurofound et qui nous semble pertinente comme grille de lecture du phénomène. On parlera ainsi :

– de “télétravailleurs à domicile” pour des salariés travaillant de façon régulière depuis leur domicile.

– de “télétravailleurs nomades” pour les personnes dont la fonction nécessite un haut niveau de mobilité, partagée entre le bureau, le domicile et tout autre lieu.

– de “télétravailleurs occasionnels” pour des personnes ayant ponctuellement des besoins de mobilité que ce soit au domicile ou dans un espace tiers.

Selon ces définitions, un espace de type tiers-lieux (coworking, télécentre…) peuvent répondre aux besoins des trois populations. Si les télétravailleurs nomades semblent les utilisateurs les plus naturels, les télétravailleurs à domicile et occasionnels pourraient être tentés de façon plus ou moins régulière par une alternative au travail à domicile qui impose des contraintes fortes pour certains (isolement, manque de place, difficile coupure pro/perso…).

 

Coworking, les nouveaux bureaux des entreprisesLe télétravail en chiffres

En France, Eurofound estime à un peu plus de 25% la population de télétravailleurs parmi les employés. Un chiffre qui nous positionne au 6ème rang européen, loin devant nos voisins Allemands (12,5%) par exemple. Malgré ce constat plutôt positif, les meilleurs élèves (notamment le Danemark – 37% de télétravailleurs) montrent qu’il existe encore une forte marge de progression en France pour développer ces modes de travail et en dégager tous les bénéfices, pour l’individu, l’entreprise et la collectivité au sens large. Parmi les employés télétravailleurs, on retrouve plus de la moitié de télétravailleurs occasionnels et un tiers de nomades. Ces proportions, sensiblement identiques dans les différents pays d’Europe, montrent que le sujet ne peut pas être ignoré, car il correspond à une réalité croissante du travail. Mais il reste encore beaucoup à faire pour aider à développer ces pratiques, et pour fournir à ces “nouveaux nomades” les outils et l’(es) environement(s) de travail dont ils ont besoin.

Ceci tout en définissant un cadre à la fois juridique et organisationnel. S’il est bel est bien présent en France, le télétravail, sous toutes ses formes constitue bien une révolution du monde du travail et remet en cause un certain nombre de principes de fonctionnement de l’organisation. En ce sens sa mise en place doit être menée comme un réel projet d’entreprise, et elle doit être accompagnée à chaque étape.

 

Pour découvrir tout le témoignage, téléchargez dès maintenant le premier livre blanc pour comprendre et adopter ce nouveau mode de travail : « Coworking, les nouveaux bureaux de l’entreprise ».

profil-pics-marie-02Vous souhaitez plus d’informations sur ces retours d’expérience et méthodologies de mise en place de ces solutions pour votre entreprise ? Contactez Marie, elle se fera un plaisir d’échanger avec vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *